La redevance TV

Maxime Boutron | 16 Novembre 2021

I. Principe : 138 €/foyer en métropole (88€ en outre-mer). Elle n’est due qu’en cas de détention d’un téléviseur ou appareil assimilé.
=> 3,7 Md€ de rendement (dont 2,4 pour FTV, 0,3 pour Arte).

 

II. Enjeux

  • Un enjeu symbolique : Pourquoi cet effort demandé au Français (138€/an) ?
    Nos compatriotes payent moins pour avoir accès à Netflix (120€/an) ou Amazon prime vidéo (49€/an). Alors ça sert à quoi l’audiovisuel public ?

    A avoir une offre audiovisuelle qui aille là où le secteur privé (chaînes linéaires ou SMAD) ne va pas, c’est-à-dire là où il n’y a pas de rentabilité immédiate : documentaires de création, émissions politiques y compris en régions, émissions religieuses du dimanche, diffusion de cinéma patrimonial, émissions éducatives = tout ce qui est essentiel à notre cohésion, à notre vivre ensemble. Cf le premier confinement : l’audiovisuel public était un point de repère.

    UK a la BBC, Italie la Rai.

    Et la redevance permet d’éviter le « tout publicitaire » qui représente sur les chaînes privés un effort demandé au spectateur assimilé en permanence à un consommateur.

    Si on est mécontent de l’audiovisuel public, on peut avoir un débat national, pour décider ce que l’on attend de lui, et qui est cosigné dans un contrat d’objectif ensuite. Mais le supprimer, jamais !
  • Un enjeu d’iniquité fiscale et de fragilisation de la recette (perte d’indépendance) ?
    l’audiovisuel public (CAP) pour assurer sa neutralité technologique (elle ne repose que sur ceux qui ont un téléviseur) et garantir ainsi la pérennité de son rendement car de moins en moins de français disposent d’un téléviseur classique.

    Recette dynamique = indépendance de notre audiovisuel.

 

III. Perspectives

  • Avoir un vrai débat sur l’audiovisuel public : quel type d’œuvre on veut que l’audiovisuel public finance ? quelles émissions politiques et enfin quels modes de diffusion (plus de délinéarisation et replay pour regarder « où l’on veut, quand on veut, sur l’écran de son choix »)
  • Elargir l’assiette de la taxe car on regarde sans téléviseur la télé aujourd’hui : Propositions-phares du « Rapport Bergé », remis en octobre 2018, proposant l'instauration d’une contribution universelle à l’audiovisuel public, forfaitaire par foyer avec maintien de son montant et des conditions d’exonération actuelles de la CAP
Maxime Boutron

À propos de

Secrétaire général adjoint, trésorier, coordination du pôle Idées et des groupes de travail @_les_engages