Vient de paraître : "Progressistes pour le climat"

Les Engagé.e.s | 27 Juin 2021

Progressistes pour le Climat*, c’est ce que nous sommes chez les Engagé.e.s. Les idées développées dans l’ouvrage que vient de publier Jacques Roger-Machart**, membre des Engagé.e.s et contributeur actif de notre groupe de travail dédié à la mutation écologique, ont grandement inspiré les propositions sur le mix énergétique de notre plateforme « Le temps des Possibles ».

Comment lutter contre le réchauffement climatique dans le respect de la justice ? Comment réussir la transition énergétique sans sacrifier notre modèle social et notre art de vivre ? Comment trouver les ressources économiques et financières pour investir dans les technologies décarbonées de demain et d’après-demain ? Comment transformer le défi énergétique qui est devant nous en autant d’opportunités de réindustrialisation et de création d’emplois nouveaux ? Comment, enfin, replacer l’Europe au cœur de toutes ces questions ?

Telles sont les grandes thématiques qui forment l’arrière-plan de la réflexion de Progressistes pour le climat. Jacques Roger-Machart rappelle l’originalité du mix énergétique français en revenant sur les grandes étapes de sa construction à partir du XIXe siècle jusqu’à la période florissante des Trente Glorieuses. Croisant les approches, l’auteur envisage ensuite la problématique de la transition énergétique dans chacun des principaux secteurs émetteurs de gaz à effet de serre (GES) – transports, habitat, industrie – avant d’évaluer les perspectives d’avenir des grandes sources d’énergie qui, ensemble, composent notre mix énergétique. Au terme de cette analyse, une conclusion s’impose : parvenir au « zéro émission » de GES en 2050 suppose de mettre en œuvre une stratégie vigoureuse de substitution d’énergies non carbonées aux consommations d’énergies fossiles dans les transports, les bâtiments et l’industrie. Pour le dire simplement, le charbon, le pétrole et le gaz devront laisser la place, dans les décennies qui viennent, à l’électricité produite à partir de toutes les énergies décarbonées mobilisables, à savoir le nucléaire et les énergies renouvelables que nous serons capables de produire grâce à nos atouts naturels : éolien off-shore, photovoltaïque et bien sûr hydroélectricité. Jacques Roger-Machart estime que la transition énergétique vers un modèle totalement décarboné devrait conduire, à travers de nouveaux usages, à un doublement de nos besoins en électricité, qu’elle soit utilisée directement, ou via le vecteur de l’hydrogène produit par électrolyse. Pour relever un tel défi, il n’y a pas lieu d’opposer les renouvelables et le nucléaire : toutes les énergies non carbonées seront à développer, selon leur faisabilité et leurs coûts respectifs afin de limiter au maximum la charge financière, tant pour les consommateurs, que pour les finances publiques.

Le défi est technologique et économique, il est aussi politique. Jacques Roger-Machart plaide pour une réforme de la gouvernance nationale du système énergétique, positionnant EDF comme acteur majeur de la transition énergétique qui doit être capable d’autofinancer ses investissements par une politique tarifaire cohérente dans un cadre concurrentiel régulé, transparent et non-discriminatoire.

Enfin, il est impossible à l’ancien élu d’ignorer que la transition énergétique se déclinera demain dans les territoires. Les régions et les intercommunalités devront y contribuer à travers la création de services régionaux de l’énergie.

Il nous faut reconnaître également la dimension européenne du défi. Tout en soutenant pleinement les ambitions du Green Deal de la Commission européenne, nous devons assumer et faire respecter les choix historiques de la France en faveur du nucléaire, condition indispensable pour réussir la décarbonation de notre économie à un coût économiquement et socialement supportable. Il nous appartient également de veiller à ce que les règles de concurrence de l’Union européenne, garantie pour le consommateur d’un accès à l’électricité à un coût compétitif, ne deviennent pas, dans une vision focalisée sur le court terme, un obstacle à l’investissement dans les énergies renouvelables mais aussi dans l’entretien et le renouvellement de notre parc électronucléaire. Si l’objectif du « zéro émission » en 2050 est notre priorité, alors l’Europe doit mobiliser tous les outils budgétaires, financiers, réglementaires et fiscaux pour faire de l’Union le premier territoire sans carbone : renforcer le dispositif européen de taxation du CO2, instaurer une taxe aux frontières de l’Union pesant sur les importations de régions où les émissions de carbone ne sont pas encore ou insuffisamment taxées.

On le voit, les défis ne manquent pas. C’est pourquoi les ambitions de la France et de l’Europe doivent être à la hauteur des enjeux. Celle de l’auteur est d’apporter, plus modestement, une contribution utile aux débats des élections présidentielle et législatives, de 2022. Son essai, accessible et très documenté, est à lire sans modération.

Par Mathieu Borderon et Patrick Vieu

* Progressistes pour le Climat, par Jacques Roger-Machart, préfacé par Pascal Lamy, Éditions Atlande, 2021. L'ouvrage est disponible à la commande ici

** Ingénieur et économiste de formation, Jacques Roger-Machart a alterné tout au long de sa carrière responsabilités en entreprise (quinze années chez EDF dont sept comme responsable du développement international puis de la mobilité électrique) et mandats publics : conseiller général de la Haute-Garonne, maire de Castelginest, conseiller régional, député et vice-président de l’Assemblée nationale. Fondateur en 2000 du cabinet de conseil en développement durable « Entreprises et Développement Régional », spécialisé aujourd’hui dans le développement de projets de transition énergétique en France et au Maghreb (agrivoltaïsme, biomasse, hydrogène renouvelable), il est déjà l’auteur, en 1991, de Réussir nos PME – Esprit d’entreprise, initiatives publiques, les synergies, préfacé par Jacques Delors. De 2012 à 2018, il a animé un groupe d’experts de la Fondation Jean-Jaurès sur les problématiques d’énergie et de développement durable.

Les Engagé.e.s

À propos de

Engageons-nous : les engagé.e.s | Pour la création d’une force alternative à gauche | ➡️ Facebook: https://t.co/3Zgd3d8kjc